INTRODUCTION

La chaux est un matériau aux multiples usages pour maçonner, recouvrir, protéger et décorer.

 La chaux est issue de roches calcaires (carbonate de calcium) que l'on cuit au four entre 900 et 1300°C. À ce stade, après la cuisson, la chaux est appelée chaux vive (utilisée en agriculture pour amender les sols trop acides). Composée d'oxyde de calcium, elle dégage de la chaleur au contact de l'eau.

 La roche n'ayant pas été pilée, elle se présente sous différents états granulaires, de la roche à la poudre. Son utilisation est dangereuse, et il est impératif de porter les protections d'usage lors de sa manipulation (gants, lunettes, manches longues). En raison de cette dangerosité, elle est pratiquement introuvable pour le particulier.

  Ensuite, on va éteindre cette chaux par tremapge dans de l'eau, ce qui donnera de la chaux aérienne (en poudre ou en pâte) ou bien de la chaux hydraulique (si celle-ci  contient de l'argile). La chaux une fois éteinte sera beaucoup plus inerte et donc plus facile à manipuler sans risque de brûlure (bien qu'il faille cependant toujours s'en protéger), tout en conservant ses qualités.

 On distingue généralement 2 types de chaux, la chaux aérienne et la chaux hydraulique. Après trempage dans l'eau on obtient soit de la chaux aérienne si le calcaire est relativement pur (elle sera en pâte si on la conserve dans son bain de trempe ou bien en poudre si on la fait ensuite sécher puis passée au broyeur), soit de la chaux hydraulique si le calcaire contient des « impureté  » (argile, alumines, oxydes).

Selon l’utilisation, la qualité du support à traiter, les conditions d’applications et le choix de la finition, on optera soit pour de la chaux aérienne en poudre, soit de la chaux aérienne en pâte ou bien de la chaux aérienne hydraulique ou bien bien un mélange entre la chaux hydraulique et de la chaux aérienne pour certains besoins.

 DIFFÉRENTS TYPE DE CHAUX

 › CHAUX AÉRIENNE

Les chaux aériennes font leur prise avec l’air (gaz carbonique contenu dans l’air).

Pour s'y retrouver :

-  Il existe de la  chaux aérienne en pâte, anciennement appelée « X.A.N. ». et de la chaux aérienne en poudre.

- La nomenclature les classe de « CL 70  » à « CL 98  » (pour Calcic Lime). Elles sont classées en fonction de leur teneur en oxyde de calcium et magnésie, le nombre situé après le « CL » correspondant au « pourcentage de chaux libre ». Plus le nombre est élevé plus cela signifie que la teneur est élevée et que la chaux est grasse est pure. Cependant les chaux les plus pures sont réservées à la fabrication de médicaments, une chaux trop pure impliquant l'usage de ciment pour qu'elle tienne et un temps de prise trop rapide. Une chaux « CL 80-S  » restant l'idéal.

- Normalement le nom « chaux grasse » est employé uniquement pour la chaux aérienne en pâte mais dans l'usage il peut l'être indiféremment pour la chaux aérienne en poudre ou en pâte.

- Auparavant, la chaux aérienne était nomées « CAEB » pour « Chaux Aérienne Eteinte pour le Bâtiement ».

› CHAUX HYDRAULIQUE

Les chaux hydrauliques, obtenue avec des calcaires contenant de 5 à 20 % d'argile, sont également appelées « chaux maigre » ou « N.H.L. » (pour Natural Hydraulic Lime) (anciennement appelée « X.H.N. » font leur prise avec l’eau puis ensuite avec l’air.

Le nombre situé après NHL (NHL 2, NHL 3,5, NHL 5) détermine le taux d’hydraulicité de la chaux (bien que l'hydraulicitié de la chaux soit liée à son taux d'argile, le nombre évoqué ne réprésente pas le taux d'argile contenu).

À savoir :

Plus le nombre situé après le « NHL » est élevé, plus la chaux est hydraulique, plus son taux d’argile est grand, plus sa prise est rapide, plus sa résistance mécanique est grande, moins elle perméable (respirante).

Remarque : Il faut bien distinguer l’hydraulicité de la chaux qui renvoie à sa résistance mécanique de sa perméabilité qui renvoie à sa capacité respirante.

 Certaines chaux hydrauliques sont adjuvantées de ciment. Leur dénomination est alors complétée d’un « Z » (exemple NHL 5 – Z). Ces chaux sont à éviter car la présence de ciment dans la chaux en annule les qualités respirantes.

 › CHAUX AVEC LIANTS OU RECOMPOSÉES

 Il s'agit de chaux hydrauliques auxquelles on ajoute, après cuisson, des éléments pouzzolaniques (issus des volcans) ou du ciment. Le pourcentage de ces éléments ajoutés peut aller jusqu'à 20% après cuisson. L'intérêt de cette adjonction, réside dans la modification des propriétés mécaniques et des performances de la chaux.

 › CHAUX PRÊT À L’EMPLOI

 Il s'agit de produit industriels destinés à des emplois spécifiques.

 › ENDUITS PRÉFORMULÉS À LA CHAUX

 On trouve aujourd'hui, sur le marché, des enduits dits « préformulés » à la chaux ou « à base de chaux » ainsi que des peintures et stucs (effets marmorino, tadelakt....) très en vogue, vendus prêts à l'emploi ou à délayer dans de l'eau. Leurs compositions sont souvent assez vagues mais on peut noter l'ajout de « liants hydrauliques » et/ou de « résines » qui permettent leur emploi sur des supports inadaptés (ciment, parpaing, plaques de plâtre...) et suppriment souvent les qualités respirantes de la chaux. Aussi, vérifiez-en bien la composition et ne les utilisez qu'en connaissance de cause…

› CHAUX HYDRAULIQUES ARTIFICIELLES

Les chaux hydrauliques artificielles, également appelées « chaux grises » ou « X.H.A ». n’ont plus le droit d’utiliser l’appellation chaux car il s’agit en fait de « ciments de maçonnerie » ou « C.M. ». Ces produits sont en fait constitués de ciment amaigri réalisé avec des déchets inertes broyés.

DOMAINE(S) D’APPLICATION

› CHAUX AÉRIENNE EN POUDRE

Est essentiellement adaptée aux enduits en milieu sec pour les enduits fins et la décoration. Son mortier est très fin et onctueux d’où son intérêt pour les enduits de surface, les badigeons, sucs, tadelakt.

Est également utilisée en dilution dans de l’eau pour créer des peintures naturelles agrémentées de pigments.

› CHAUX AÉRIENNE EN PÂTE

Est adaptée aux mêmes usages que la chaux aérienne en poudre mais étant plus onéreuse on la réserve pour des décors très élaborées ou des teintes très nuancées.

› CHAUX HYDRAULIQUE

Elle est conseillée en extérieur en maçonnerie (montage des murs, jointements, injection, chapes, façades exposées, dalles, …), et en intérieur pour les pièces humides (salles d’eau, caves, murs enterrés,…). Elle est aussi souvent employée pour les enduits isolants au chanvre (pour favoriser une prise plus rapide).

 Elle est plus ou moins hydraulique selon sa teneur en argile (NHL2 – 3,5 – 5), aussi, plus le pourcentage d’argile augmente, plus la perméabilité à la vapeur diminue et plus l’on se rapproche de la propriété très peu respirante du ciment.

 Le nombre situé derrière le « NHL » correspond à la résistance mécanique de la chaux (soit 50 bars pour la NHL5). Il s’agira donc d’évaluer vos besoins en résistance mécanique en sachant que plus ils seront important moins vous pourrez utilisez une chaux respirante. Néanmoins, celle-ci conservera une meilleure perméabilité que le ciment et toutes ces autres qualités par rapport à celui-ci.

 - La NHL 2 (taux d’argile inférieur à 8 %), très peu hydraulique, s'emploie en général sur les supports tendres (pisé, briques de terre crue, torchis, pierres tendres...) et dans les enduits chanvre. Elle prend en 18 à 24 heures.

- La NHL 3,5, (taux d’argile compris entre 8 et 14 %) est la plus courante. Elle convient à tous les types de travaux : maçonnerie générale,  enduits, dalles et s'applique sur tous les types de supports: terre, pierres, brique, béton cellulaire...Elle prend en 10 à 12 heures.

- La NHL 5 (taux d’argile supérieur à 14 %) est la plus hydraulique et résistante (à la compression) des trois. Elle est particulièrement recommandée dans la fabrication de dalles et dans les cas de nécessité de prise rapide. On l’évitera pour le bâti ancien. Elle prend en 3 à 5 heures.

 AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS

 GÉNÉRALITÉS

 › PERMÉABILITÉ

La chaux absorbe peu l’humidité mais la rejette rapidement. C’est ce qu’on appelle un matériau « respirant ». Le principal défaut des murs montés au ciment est en effet la remontée de l’humidité du sol par capillarité.

Le ciment étant étanche, cette humidité ne peut s’évaporer et reste dans les murs, provocant, entre autres, la corrosion et le fissurage des matériaux et la moisissure. La chaux, au contraire, débarrasse les murs de leur humidité et évite donc les problèmes associé à cette dernière.

 › PLASTICITÉ

Tous les murs « travaillent ». Ils s'affaissent naturellement au cours du temps, réagissent aux variations du terrain et autres facteurs. La plasticité de la chaux lui permet d'accompagner ces mouvements en gardant la cohésion de l'ouvrage. Ce, contrairement au ciment qui, en raison de sa rigidité, aura tendance à se briser, créant ainsi des fissures et compromettant la solidité de l'ensemble.

› PROPRIÉTÉS DÉSINFECTANTES

La chaux limite la prolifération des acariens, champignons, salpêtres et mauvaises odeurs. Elle contribue à l’assainissement de votre environnement de façon naturelle.

› POLYVALENCE

En construction, les utilisations de la chaux sont multiples et surtout, elle convient à presque tous les types de supports, que ce soit la paille, la pierre, la terre cuite, le pisé ou autres. Mariée au chanvre elle permet la réalisation d'enduits isolants et perspirants.

› ESTHÉTIQUE

La sensation de douceur et de bien-être que révèle un mur en chaux n’est pas à négliger. D’autre part, si la chaux est mélangée à des sables locaux, elle permet une intégration harmonieuse au terroir et donne un cachet inimitable à la construction.

› INCONVÉNIENTS

La chaux est corrosive et nécessite donc des précautions lors de sa manipulation. Il est indispensable d’utiliser des lunettes et masques de protection et porter des gants et des manches longues.

 CHAUX AÉRIENNE EN POUDRE ET EN PÂTE

Par rapport à la chaux en pâte la chaux en poudre :

- est plus simple à utiliser,

- est plus facile à doser ou à mélanger avec du sable pour préparer le mortier,

- est moins résistante,

- se dessèche plus vite.

- comme la chaux en pâte, elle se conserve sans limite de durée à l’abri du gel sous une couche d’au moins un centimètre d’eau.

Voir-ci dessous le comparatif entre les deux chaux aériennes et la chaux hydraulique.

CHAUX HYDRAULIQUE

Par rapport à la chaux aérienne, la chaux hydraulique :

- offre une meilleure résistance mécanique,

- donne une teinte parfaitement unie adaptée au contemporain.

- est plus terne et à tendance et à griser un peu avec le temps tandis que la chaux aérienne s'embellit avec le temps, fait très bien ressortir la teinte naturelles du matériau, en l'occurence le sable de votre enduit, et offre transparence, profondeur et velouté. la chaux aérienne est donc la chaux par exellence pour le bâti ancien.

- sa perméabilité à la vapeur d’eau (pouvoir respirant) est moindre.

- une fois gâchée la conservation de la chaux hydraulique ne peut s’étendre au-delà de 24 heures. Sa conservation avant usage est de 6 mois.

Voir tout le texte Réduire le texte

() | 
  • My wishlists